1er Top-site2eme Top-site3eme Top-site4eme Top-site5eme Top-site6eme Top-site
Top
Sites
Top
Copains

Laisses-moi regarder. {PV : Michael Smith}
Olympus Academy :: L'académie :: Jardin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hestia
Profil
Messages : 87
Date d'inscription : 17/10/2015
Activité :
  • Présent

Puissance : 27

Carte d'étudiant
Age : 19ans.
Pouvoir: Influence les saisons.
Biographie:
Sam 7 Nov - 13:55
Laisses-moi regarder

Fangörn & Michael





Il faisait froid, à chaque bouffée d'air expiré, un petit nuage sortait de la bouche du rouquin. Ses joues et son nez étaient rougis par le froid, mais il se sentait plutôt bien. Il ne ressentait pas particulièrement le froid, car, par précaution Fan s'était permis de porter un sous-pull près du corps en Mérinos noire sous la chemise de son uniforme, une bonne paire de chaussettes hautes en laine épaisse sous son pantalon, des mitaines noires et enfin une écharpe-poncho en Alpaga marron foncé. Ainsi, il était bien emmitouflé dans de doux vêtements chauds. Bien qu'il chérisse chaque saison, il était particulièrement sensible et fragilisé par des saisons comme l'hiver ou l'été qui sont plutôt éprouvantes. Si il ne voulait pas tomber malade inutilement, il devait constamment faire attention à manière de se vêtir et de se nourrir.

D'ailleurs, depuis son arrivé sur l'île, il ne s'était pas encore senti fiévreux. C'était surement l'un des seuls points positifs depuis son arrivé. En effet, cela faisait à présent plus d'un mois qu'il avait intégré l'académie et il ne s'était toujours pas réellement habitué à son nouvel environnement, que se soit au niveau de s'approprier les locaux, le système ou dans sa vie sociale en temps qu'étudiant. Il ne regrettait pas d'être venu, mais il n'auvait pas pensé que se serait si différent de la vie qu'il menait avant ; il lui faudrait surement bien deux ou trois mois de plus au minimum. Fangörn avait pris une vilaine habitude: celle de ne jamais sortir lors des récréations pour éviter la foule, et de sortir dix ou vingt minutes après la sonnerie de midi ou du soir, pour pouvoir circuler dans des couloirs quasi-vide. Il se faisait tout petit, presque invisible, à un tel point que presque personne ne le remarquait et ne savait sont existence dans l'établissement.

On pourrait penser qu'il n'aime pas les gens, et donc qu'il n'a pas envie d'avoir un quelconque rapport avec ces derniers, mais le problème n'est pas celui-ci. Le rouquin avait découvert son mal aise aux contacts d'une foule lors de la rentrée scolaire. Il s'était retrouvé paralysé, pris de panique et était arrivé en retard à son premier cour. Il ne savait pas d'où venait cette phobie, mais, ce qui était certain, c'est qu'il n'arrivait pas à la surmonter. C'est pourquoi, afin de venir s'apaiser pendant ses crises ou pour venir se changer les idées et travailler, il venait régulièrement se promener dans le jardin de l'académie, hors des horaires de pointe. En ce moment, c'était une période parfaite pour lui, parce qu'avec le climat glacial, la plupart des gens préféraient rester à l'intérieur, au chaud. L'Alpha ne demandait rien de mieux.

Le jardin était devenu une sorte de refuge pour lui, il avait même trouvé son arbre. Oui, son arbre dans lequel il pouvait grimper pour s'isoler, profiter de la vue, faire une sieste, lire, et plein d'autres activités. Il venait de neiger et il était assez difficile de grimper sans glisser, mais ce n'était pas impossible non plus. Une fois debout, sur l'une des premières branches de son saule pleureur, il balaya du pied la neige qui le tapissait pour éviter de s'asseoir sur une zone susceptible de le tremper et s'installa. Fan prit le temps de regarder le paysage cristallin et immaculé de ces draps de neige blanche. C'était comme si le temps s'était endormi.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hermès
Profil
Messages : 65
Date d'inscription : 22/06/2014
Activité :
  • Présent

Puissance : 35

Carte d'étudiant
Age : 17 ans
Pouvoir: Camouflage d'objet
Biographie:
Dim 8 Nov - 23:29



Il fait froid aujourd'hui, je frissonne un peu en arrivant dans le jardin. L'hiver est arrivé vraiment en avance cette année et il a déjà neigé alors que nous ne sommes qu'en Novembre. C'est un peu bizarre mais après tout nous sommes sur un île peuplée de demi-dieux, la météo peut bien faire des siennes de temps en temps. Je souffle longuement en marchant, un fin filet de condensation s'échappe de mes lèvres. Je souris, je ne me lasserais jamais de ce phénomène je pense. Sans m'en rendre compte, je me suis mis à sautiller, j'aime la neige, vraiment, elle me rend encore plus joyeux que d'habitude. Je ris doucement, me laissant porter par la douce sérénité qui se dégage du paysage qui m'entoure. Cela fait du bien. Ces derniers temps, l'ambiance de l'école a changé, entre le mystère de la forêt et l'arrivée du nouveau directeur avec ses nouvelles règles, l'humeur générale semble plus sombre. Dans cette situation, la neige arrive à point nommé !

Mes pensées dérivent vers le nouveau système de classes. Je dois avouer que je le trouve plutôt efficace et intéressant. En plus, le groupe gamma me va très bien. Embêter les alphas pendant qu'ils bossent ou bien investir les fêtes des bêtas m'amuse beaucoup. Je m'arrête soudain, m'imaginant un instant la réaction de ma mère si elle apprenait que je m'étais intégré si facilement à un tel système... elle n'approuverait certainement pas... elle serait même sûrement très déçue. J'aime la compétition ce qui fait que tout cela me va si bien et il est vrai que je correspond assez bien à la description des gammas. Je regrette juste qu'il y ait de plus en plus de pression pour séparer totalement chaque groupe. Cela nous oblige à coller de plus en plus à l'image du nôtre. Enfin, je ne suis pas du genre à me miner pour cela, ma scolarité ne va pas durer indéfiniment et je peux bien passer quelques années en tant que gamma même si je ne colle pas 100% au modèle.

Je m'arrête dans un coin isolé du jardin. Malgré le temps, quelques autres personnes pourraient avoir eu envie d'une ballade, mais ici, il y a peu de chance que quelqu'un passe. Je pose mon sac au pied d'un arbre, à l'abri de la neige et je commence à m'échauffer consciencieusement. Au fur et à mesure des petits exercices, j'enlève mon écharpe et mes gants, puis je finis même par enlever mon manteau, gardant tout de même mon gilet. Je vérifie une nouvelle fois autour de moi qu'il n'y ait personne, puis je m'élance. Je me mets à danser laissant des arabesques dans la neige. Mon corps se détend en répétant les pas que ma mère m'a appris il y a de nombreuses années maintenant. J'aime vraiment la danse et je suis doué d'après ce que Maman me disait ; l'harmonie des gestes, la précision de la chorégraphie, tout cela me fait sentir moi-même, véritablement. Je perds la notion du temps, j'enchaîne différentes séries de mouvement, en vérifiant tout de même à chaque fois que personne ne passe à proximité. Ma prudence a une simple raison, tout le monde ne partage pas mon amour pour la danse et j'ai suffisamment subi les préjugés des autres au collège. De plus, pour peu que ce soit un alpha ou un bêta qui m'aperçoive et ça risque d'être encore pire...
Cependant, il n'y a personne, alors je continue à danser.
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~

color=#9966ff

La beauté de la musique tout simplement:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hestia
Profil
Messages : 87
Date d'inscription : 17/10/2015
Activité :
  • Présent

Puissance : 27

Carte d'étudiant
Age : 19ans.
Pouvoir: Influence les saisons.
Biographie:
Lun 9 Nov - 19:33
Laisses-moi regarder

Fangörn & Michael



♫Musique pour le RP♫

Bien que ce paysage fût peu commun en début novembre, le roux ne pouvait s’empêchait d’éprouver un sentiment d’émerveillement plus que de l’insécurité et de peur devant la beauté d’un tel paysage ; il se demandait si il était capable d’immortaliser ce moment sur le papier. Fan ouvrit sa sacoche pour en sortir un crayon bleu ciel, ainsi que son carnet afin de commencer à esquisser les premières lignes du ruisseau puis l’horizon molletonné enneigé. Il poursuivit son croquis en dessinant les branches et les feuilles de l’arbre sur lequel il était assis tout en essayant de respecter certaines règles de perspectives. Il avait la sensation de trôner sur un arbre de diamant en voyant les petits cristaux de glaces s’étant formé sur les feuilles suspendues du saule pleureur. On entendait le vent siffler doucement entre celle-ci. À ce moment-là, Fangörn imaginait une scène d’une élégance macabre, où tout être vivant serait figé, statufié dans un cerfeuil de glace, laissant place à un jardin endormi jusqu’au début de printemps où enfin, celui-ci se réanimerait de sa longue hibernation cryogéniesé. Le roux était le genre de personne qu’on pourrait qualifier de bizarre au sens péjoratif du terme du fait qu’il trouve beauté et harmonie dans presque n’importe quoi autant dans la vie que dans la mort.

Alors qu'il errait encore dans ses pensées, Fangörn sortit du monde des idées pour revenir sur terre lorsqu'une silhouette en mouvement entra dans son champ de vision. C'était un jeune homme aux cheveux cramoisi et au teint plutôt pale. Il venait de poser ses affaires au pied de l'arbre dans lequel le fils d'Hestia était confortablement installé. Cela n'enchantait pas particulièrement ce dernier qui voulait être seul ; au calme. Cependant, il s'auto réprimanda intérieurement, qui était-il pour râler parce que quelqu'un d'autre avait envie de s'installer à cet endroit ? La terre ne lui appartenait pas et le monde ne tournait pas autour de lui ; ce jeune homme avait parfaitement le droit de venir se poser au pied de cet arbre. Il soupira, il s'en voulait d'avoir ce genre de pensées, ce n'était pas ce genre de personne qu'il avait envie d'être. Il espérait qu'un jour, il serait suffisamment sage pour ne plus avoir ce genre de caprice en tête.

Le rouquin fit abstraction du jeune homme un certain temps, il continua de dessiner son paysage dans le calme, la moitié de visage couvert par son écharpe pour réchauffer le bout de son nez gelé. De l'autre côté, pendant que Fangörn avait les yeux fixé sur son ébauche d'amateur, tu commençais toutes sorte de petits étirements, et quelques fois des mouvement un peu brusques, vifs et agités pour t'échauffer. Bien que Fan ne te regardait pas, tu étais involontairement dans son champ de vision et cela le distrayait. Il se contenait héroïquement de ne pas te regarder, mais lorsque tu te mis à danser, s'en était trop, sa curiosité le démangeait trop. Il posa son carnet sur ses jambes, s'installa contre le tronc de l'arbre et t'observa avec attention pendant au moins un quart d'heure. Il ne s'y connaissait absolument pas en danse, cependant, il appréciait beaucoup là manière dont s'exprimait ton corps. C'était comme si ton corps avait été créé pour que tu fasses ces mouvements-là en particulier. Fan ne put s'empêcher de penser que tu ressemblais à une petite flamme essayant de réchauffer cette ambiance glaciale.

Sans plus attendre, il se réarma de son crayon et se mit à te dessiner très rapidement, c'était un exercice intéressant, essayé de rester le plus fidèle possible au modèl alors qu'il est en mouvement. Les premiers essais n'étaient pas très glorieux, mais à force de persévérance, les esquisses du roux se faisaient de plus en plus harmonieuses, fidèles et précises. Il était assez fier de lui. Fangörn reposa à nouveau ses yeux sur toi en souriant inconsciemment derrière son foulard en laine. Cependant, celui-ci commençait à ressentir le besoin de marcher, mais, il n'avait pas envie de descendre alors que tu étais là... Il fallait attendre que tu sois parti et tu n'avais pas l'air encore décidé à t'en aller. C'est pourquoi, à défaut de pouvoir partir, il essaya de changer de position sur sa branche en tentant d'être le plus discret possible. Il se redressa et posa ses mains sur d'autre branchage pour se tenir, malheureusement, ceux-ci étaient glissant et alors que Fan s'appuyait dessus, il glissa faisant tomber son carnet à dessin sur tes affaires et son crayon dans la neige tel Excalibur dans son rock. Il avait fait trembler tout l'arbre en rattrapent comme il le put à quelque chose de plus fiable. Il n'était pas tombé et ne s'était pas fait mal... En revanche, il ne put s'empêcher de rire quelques secondes en te regardant. À cause des secousses, le rouquin avait malencontreusement fait tomber un amas de neige stocké sur l'une des branches se trouvant au-dessus de ta tête. Il se rendit compte, tout de même, que ce n'était pas très sympathique de se moquer du malheur des autres et cessa immédiatement de rire. Il était fautif et il devrait plutôt se sentir mal et coupable de par rapport à ce qui venait de t'arrivait et il ne mit pas longtemps avant de se sentir extrêmement confus. Il ne savait pas quoi faire. Il avait rapproché ses deux mains l'une de l'autre, près de son visage, en agrippent de façon légèrement crispée son écharpe et te regarda inquiet.

" E-Excuses, moi, je suis désolé, tu... Tu vas bien ? " Fit-il du haut de son arbre avant de poser pied à terre pour se rapprocher de toi et t'aider à retirer la neige de tes cheveux et de tes vêtements.

" Oh, la, la..." Murmura-t-il avant de poursuivre " tiens, mets ça autour de ton cou, sinon tu vas tomber malade" Fangörn retira son poncho pour venir le mettre autour de ton cou le plus rapidement possible pour ne pas que tu attrapes froid.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hermès
Profil
Messages : 65
Date d'inscription : 22/06/2014
Activité :
  • Présent

Puissance : 35

Carte d'étudiant
Age : 17 ans
Pouvoir: Camouflage d'objet
Biographie:
Mar 17 Nov - 19:52
Je ne sais pas depuis combien de temps je danse. Je me sens bien, comme si j'avais été créé pour exister ici à cet instant précis. Je ne fais même plus attention à mes mouvements, mon esprit est quelque part ailleurs. L'univers qui m'entoure devient imprécis et s'efface petit à petit, seul compte la cadence d'une musique qui s'éveille en moi au fur et à mesure de mes pas. Je tourne, je m'élance, je saute, j'étends le bras et je sens soudain un choc glacé sur ma nuque. Je ne comprends pas tout de suite ce qu'il se passe. Mes sens me reviennent peu à peu, je vois des flocons accrochés à mes cheveux et je sens de la neige sur mes épaules, est-ce qu'il y a eu une bourrasque ? Je n'ai eu pas l'impression pourtant. Soudain une douce mélodie retentit dans l'air, quelqu'un rit... Je me tourne précipitamment vers la source du rire, quelqu'un m'a vu ! Je cligne des yeux, un peu perplexe en n'apercevant personne devant moi, est-ce que j'ai rêvé ? Non, je suis sûr d'avoir entendu un rire. Mes soupçons se confirme quand j'entends une voix s'élever :

- E-Excuses, moi, je suis désolé, tu... Tu vas bien ?

Un jeune homme descend de l'arbre sous lequel je dansais et s'approche de moi l'air inquiet. C'est lui qui a fait tomber cette neige sur moi ? Quelle idée aussi de grimper aux arbres par ce temps... deux secondes, s'il était dans l'arbre, alors il me regarde depuis le début. J'ouvre la bouche mais je ne sais pas quoi dire. Est-ce qu'il va se moquer de moi ? Sûrement, après tout, il a ri juste avant. Pendant mes réflexions, l'autre est arrivé juste devant moi, il commence à épousseter la neige sur mes épaules. Il ne semble pas vouloir se moquer en fin de compte... il a même plutôt l'air inquiet, je remarque alors que je suis en train de frissonner. Evidemment, je n'ai plus mon manteau, je l'ai enlevé pour danser et me voilà avec un simple gilet, couvert de neige. La voix de l'autre résonne à nouveau, elle est belle et douce.

- Oh, la, la... Tiens, mets ça autour de ton cou, sinon tu vas tomber malade.

Il passe quelque chose autour de ma tête, la sensation de froid s'apaise un peu. Par réflexe, je m'emmitoufle dans le tissu. C'est un poncho apparemment et il sent bon. Mon visage enfouit à moitié dedans, je ne peux m'empêcher de prendre une grande inspiration. Le vêtement a une odeur de forêt, c'est agréable. Je lève les yeux pour regarder mon vis-à-vis. Je me remets encore du froid soudain et ma voix tremble un peu alors que je murmure.

- Mer... merci...

Je finis de reprendre mes esprits et réalise comment nous en sommes venu à cette situation. Je ris légèrement en corrigeant alors :

- Enfin, merci à moitié, parce que tu m'as aidé, mais c'est à cause de toi que j'ai eu besoin d'aide.

Je lui fais un sourire enjôleur. Il est beau, vraiment beau. Un peu efféminé, enfin très efféminé même, mais cela ne me dérange pas. Ses yeux sont magnifiques et je suis sûr que son sourire est aussi agréable que son rire. Je lui tends la main en me présentant :

- Moi c'est Michael. Notre rencontre a été un peu brutale mais il n'y a pas de raison d'être en froid pour autant, plaisanté-je avec un grand sourire.

Bon, ce n'est pas ma meilleure réplique d'introduction, mais je ne suis pas encore totalement réchauffé, j'ai une excuse... Et puis autant savoir tout de suite comment il réagit à l'humeur nul, cela donne toujours de bonnes indications sur les gens.
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~

color=#9966ff

La beauté de la musique tout simplement:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hestia
Profil
Messages : 87
Date d'inscription : 17/10/2015
Activité :
  • Présent

Puissance : 27

Carte d'étudiant
Age : 19ans.
Pouvoir: Influence les saisons.
Biographie:
Sam 21 Nov - 13:56
Laisses-moi regarder

Fangörn & Michael



♫Musique pour le RP♫

Tu avais l'air d'apprécier la chaleur du gros poncho en laine du rouquin ; en voyant ton visage s'enfouir volontiers à l'intérieur, Fan t'adressa un sourire rassuré.

"Mer... Merci..."
Il n'y avait pas de quoi le remercier pensa l'enfant du temps, c'était tout à fait normal après ce qu'il lui avait fait subir involontairement.

" Enfin, merci à moitié, parce que tu m'as aidé, mais c'est à cause de toi que j'ai eu besoin d'aide."
À ces mots, Fangörn baissa la tête et s'agrippa le bras nerveusement. Il s'en voulait vraiment. Il avait été idiot de vouloir se déplacer avec ces conditions météorologiques. À cause de lui, tu allais surement tomber malade, même avec quelque chose de chaud sur les épaules, tes vêtements n'en restaient pas moins trempé. Pendant qu'il culpabilisait ta main entra dans son champ de vision et le fit sortir de ses pensées. Il releva le visage doucement, avec un regard triste. Le rouquin vint poser sa main dans celle de son interlocuteur d'une façon un peu hésitante, il n'avait pas l'habitude de se présenter en serrant la main de l'autre ; c'était une manière qui ne lui était vraiment pas familière ce qui expliquait son hésitation. Ce n'était pas de la peur, ou du dégoût, bien que l'on ait pu le croire aux premiers abords.

"Moi s'est Michael. Notre rencontre a été un peu brutale, mais il n'y a pas de raison d'être en froid pour autant."
A ce petit jeu de mot, Fan ne put s'empêcher d'esquisser un petit sourire. Notre rencontre a été un peu brutale, mais il n'y a pas de raison d'être en froid pour autant.

" Enchanté, Michael. On m'a nommé Fangörn en ce qui me concerne, mais, tu peux m'appeler Fan." Fit-il d'une voix douce avant de poursuivre sur un ton un peu plus vif " Je suis d'accord ... Je ne veux pas particulièrement me faire d'ennemi ici... Au contraire, c'est pourquoi j'aimerais vraiment que tu me croies lorsque je te dis que je suis désolé..." Il posa sa deuxième main gantelée sur la tienne en exerçant une faible pression sur celle-ci, ses yeux fixaient les tiens avec une tendre force, comme pour appuyer sur la sincérité de ses paroles

Le vent se mit à souffler et la neige à tomber. L'un des flocons vint se poser sur le bout de son nez avant de fondre ainsi que sur sa nuque, ce qui le fit frissonner. Son regard quitta son interlocuteur pour regarder le ciel d'un air inquiet. " Nous ferions mieux de rentrer à l'internat... " Proposa-t-il en reposant ses yeux sur toi " il faut que tu rentres prendre une douche chaude et mettre des vêtements secs, sinon tu risques vraiment de tomber gravement malade et puis ... Même si c'est magnifique, ce temps est inquiétant et dangereux, on ne peut pas rester ici. " Il lâcha ta main et essaya de distinguer où étaient vos affaires " commence à rentrer, je vais récupérer nos affaires et je te rejoins vite." Sans te laisser le temps de répondre, il se mit à marcher prudemment vers ta veste, ton sac, le sien et son carnet à croquis un peu humide afin d'aller les récupérer.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~
Écoutez les vibrations de la vie !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hermès
Profil
Messages : 65
Date d'inscription : 22/06/2014
Activité :
  • Présent

Puissance : 35

Carte d'étudiant
Age : 17 ans
Pouvoir: Camouflage d'objet
Biographie:
Mer 25 Nov - 19:28
Il a baissé les yeux à ma première plaisanterie, il semble vraiment s'en vouloir. J'espère que mon geste l'aidera à sentir que je ne suis pas du tout rancunier. Enfin, je peux l'être, mais pas dans une situation comme celle-ci, alors qu'il n'a pas fait exprès, cela se voit. Il hésite tout d'abord en regardant ma main. Je me demande pendant un instant s'il n'aime pas les contacts, mais il finit par la prendre. Il n'a pas l'air sûr de lui, c'est mignon. Ma mauvaise blague le fait sourire, c'est un très bon point. Bon, ce n'est pas un immense sourire, mais c'est un début et j'avais raison, même petit, son sourire est magnifique. Il me répond de sa voix douce :

- Enchanté, Michael. On m'a nommé Fangörn en ce qui me concerne, mais, tu peux m'appeler Fan.

Je souris à mon tour, ce n'est pas un nom très commun. Je me demande d'où ça vient. Je m'apprête à demander, mais Fangörn reprend un peu plus vivement.

- Je suis d'accord ... Je ne veux pas particulièrement me faire d'ennemi ici... Au contraire, c'est pourquoi j'aimerais vraiment que tu me croies lorsque je te dis que je suis désolé...

Il ajoute sa deuxième main sur la mienne et me regarde droit dans les yeux. J'ai l'impression que je vais fondre, son regard est si... si pur, si franc. Je considère que les relations sociales sont comme le théâtre, tout est dans le jeu d'acteur, mais lui ne joue pas de personnage, ou alors il est vraiment incroyablement doué, mais je pense plutôt qu'il est totalement sincère et je n'ai pas du tout l'habitude de ça. Ses yeux expriment une profonde inquiétude, il est vrai que je sens l'eau s'imprégner dans mon gilet et je commence à avoir froid. Comme pour confirmer ses soucis, le vent se lève soudain et la neige recommence à tomber. Fangörn lève les yeux au ciel avant de déclarer :

- Nous ferions mieux de rentrer à l'internat... il faut que tu rentres prendre une douche chaude et mettre des vêtements secs, sinon tu risques vraiment de tomber gravement malade et puis ... Même si c'est magnifique, ce temps est inquiétant et dangereux, on ne peut pas rester ici.

Dans d'autres circonstances, j'aurais sûrement fait le brave et insisté pour rester dans la neige plus longtemps, mais le vent froid et les flocons m'arrachent de léger tremblement et l'évocation d'une douche chaude me donne très envie. Je hoche la tête vivement pour montrer mon approbation. Il lâche enfin ma main pour regarder mes affaires, partiellement recouvertes de neige.

- Commence à rentrer, je vais récupérer nos affaires et je te rejoins vite.

Il s'avance vers l'arbre, je m'apprête à me mettre en route comme il me l'a proposé, mais je remarque soudain le carnet de croquis tombé sur ma veste. Il est ouvert et sur la page, je peux voir des croquis de silouhette en train... de danser... J'arrête net tout mouvement, rougissant en me souvenant qu'il avait assisté à toute ma performance et en plus, il m'a vraisemblablement dessiné !

- C'est... c'est moi dans ton carnet ?

Je ne sais pas vraiment comment réagir. S'il m'a dessiné, j'imagine que cela veut dire qu'il a aimé ce que je faisais et ça ça me fait vraiment plaisir, mais tout le monde n'est pas comme ça... Je m'approche de lui :

- Si c'est bien moi... il... il faut que tu me promettes de ne les montrer à personne !

Bon sang, je dois être ridicule ! Je ne bafouille jamais en temps normal, mais j'ai froid et il s'agit d'un sujet trop sensible. J'ai eu trop de mauvaises expériences avec les réactions des gens face à ma passion, je ne veux pas subir cela ici aussi... Par conséquent, me voilà, tremblant, au milieu de la neige, attendant sa réaction à lui avec appréhension.
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~

color=#9966ff

La beauté de la musique tout simplement:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hestia
Profil
Messages : 87
Date d'inscription : 17/10/2015
Activité :
  • Présent

Puissance : 27

Carte d'étudiant
Age : 19ans.
Pouvoir: Influence les saisons.
Biographie:
Ven 27 Nov - 22:10
Laisses-moi regarder

Fangörn & Michael






Fangörn s'était abaissé pour récupérer leurs affaires, il eut à peine le temps de prendre ton sac et le sien sur ses épaules qu'il te vit arriver, le visage plus que rouge, avec une allure des plus inquiétantes ; tu avais un comportement étrange. Il te regardait avec des yeux inquiets et graves, il ne comprenait pas vraiment ce qu'il t'arrivait.

"C'est... C'est moi dans ton carnet ?" A ces mots, le roux regarda son carnet, et se mit à rougir lui aussi. Il n'avait pas honte de ses créations, mais son carnet d'ébauches était encore plus personnel que ses œuvres en elles-mêmes. Elles étaient le premier jet, les premiers essayés d'une création, c'était presque intime. Dans ce carnet, il y a les erreurs, les tentatives, les choses que l'on ne veut pas vraiment voir. Des notes, des pensées personnelles, qui ne le concernaient que lui. Fan ferma immédiatement son carnet à dessin et le rangea dans son sac.

"Si c'est bien moi... Il... Il faut que tu me promettes de ne les montrer à personne ! " Il se redressa en prenant ta veste dans ses bras, mais il ne croisa pas ton regard, il se sentait aussi embarrassé que toi. Cependant, tu n'avais rien à craindre de lui.

"Cela ne risque pas... Mon carnet est un ouvrage personnel... Je ne le montre à personne d'autre que moi. Personne ne verra mes croquis, ni ton visage, ni ta performance... " Il fit une petite pause silencieuse avant de relever la tête et te regarder timidement "je te le promets..." Répondit-il d'une manière plutôt sérieuse et sincère, suite à quoi ses deux billes de jades fuirent vers d'autres horizons dans une démarche gênée par la situation.

Le rouquin entama, presque immédiatement, une marche rapide en direction de l'internat "Rentrons..." Fit-il sur un ton mixte, dans lequel on ressentait à la fois de la froideur et de la gêne, mêlée à une certaine inquiétude à ton égard.

Vous deviez rentrer en urgence... La météo ne s'arrangeait pas et inconsciemment, la situation avait émotionnellement touché le jeune homme, ce qui rajouta une couche au mauvais temps qu'il y avait à l'extérieur. Le vent soufflait avec encore plus de force et la traversé devenait un vrai parcours du combattant. Fangörn avait du mal à avancer, il s'enfonçait dans la neige et il commençait à avoir froid ; la neige pénétrait ses vêtements en les humidifiant et atteignant sa peau malgré ses vêtements en laine. Il s'arrêtait de temps en temps pour voir si tu le suivais toujours, sans trop de complications.

" Tu vas toujours bien ? " Demanda-t-il soucieusement avant de poursuivre " je crois, qu'on arrive bientôt si je ne me suis pas trompé de direction..." Il ne s'était pas encore très bien familiarisé avec son nouvel environnement et avec la tempête de neige, la visibilité était encore plus difficile. Néanmoins, il avait comme une sorte de monter d'adrénaline, même s'il n'était pas totalement sur, une petite voix au fond de lui le guidait comme s'il était sûr de lui à 100 %.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~
Écoutez les vibrations de la vie !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Hermès
Profil
Messages : 65
Date d'inscription : 22/06/2014
Activité :
  • Présent

Puissance : 35

Carte d'étudiant
Age : 17 ans
Pouvoir: Camouflage d'objet
Biographie:
Sam 2 Jan - 20:35
Fangörn a rangé précipitamment son carnet, ma remarque l'a vraisemblablement dérangé. Il semble embarrassé et il me répond un peu froidement :

- Cela ne risque pas... Mon carnet est un ouvrage personnel... Je ne le montre à personne d'autre que moi. Personne ne verra mes croquis, ni ton visage, ni ta performance... je te le promets...

Il détourne les yeux et commence à s'éloigner en lâchant un "Rentrons..." dont je n'arrive pas vraiment à interpréter le ton mitigé. Je comprends alors que j'ai été très maladroit et surtout impoli, je tente de trouver une manière pour me rattraper mais le mauvais temps empire soudain. Fangörn avance rapidement, je le suis automatiquement. Le vent est plus fort et me transperce malgré le poncho. Je crois que mon gilet et ma chemise mouillés sont en train de geler. J'accélère un peu, en me laissant guider par l'autre élève. Celui-ci n'a plus l'air de m'en vouloir pour l'histoire du carnet ou tout du moins il est plus inquiet que fâché car il se retourne fréquemment pour me surveiller. Je lui souris à chaque fois pour le rassurer mais je suis obligé de tenir mes épaules pour les empêcher de trembler. La voix douce du garçon s'élève à nouveau :

- Tu vas toujours bien ? Je crois, qu'on arrive bientôt si je ne me suis pas trompé de direction...

Je hoche la tête pour lui indiquer que je suis toujours et aussi que l'on se dirige dans la bonne direction, cependant je tremble de plus en plus. Il faut que j'enlève mes vêtements mouillés enfin gelés maintenant, je remarque alors un des kiosques du jardin à notre droite. La neige se couvre en partie mais il y a un petit coin protégé par le toit. J'attrape le bras de Fangörn devant moi et je l'entraîne là-bas en expliquant :

- Je... je dois enlever mon... mon gilet... et m... mettre mon manteau...

Arrivés sous la protection du petit bâtiment, je commence par enlever mon gilet profitant du poncho qui empêche le froid de me congeler sur place. J'enlève ensuite ma chemise, grimaçant alors que le tissu gelé accroche légèrement ma peau, et reprends mon manteau que Fangörn a gardé jusqu'ici.

- Merci... d'avoir pris m... mes affaires...

Une fois mon manteau mis, je me sens un peu mieux et mes tremblements s'atténue très fortement. Je regarde alors Fangörn dans les yeux et déclare d'une voix un peu gênée :

- Désolé pour le carnet, je...

Je m'arrête, ne sachant pas vraiment comment formuler ma phrase. Je comprends parfaitement ce qu'il a pu ressentir quand il a su que j'avais vu son carnet, car il a très certainement eu les mêmes pensées que moi en découvrant qu'il m'avait vu danser. Cependant, exprimer de telles choses à voix haute n'est pas vraiment dans mes habitudes, je me contente donc de sourire en déclarant :

- Je peux imaginer ce que ça fait et je suis vraiment désolé.
Ma Signature

~~~~~~~~~~~~~~~~

color=#9966ff

La beauté de la musique tout simplement:
 



Contenu sponsorisé
Profil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Academy :: L'académie :: Jardin-